Thé Vert : A la rencontre d’un Art Millénaire

Thé Vert A la rencontre d'un Art Millénaire Camellia Sinensis Mademoiselle Thé Une

Hugo, Jasmin, François, Kevin… Un carré de prénoms, prénoms de l’équipe de la Maison de Thé Camellia Sinensis, de l’autre côté de l’atlantique pour nous autres Français. Ces quatre passionnés de Thé ont fait leur apparition dans nos bibliothèques avec leur premier livre Thé, Histoire, Terroirs, Saveurs il y a quelques années de cela.

Ils reviennent aujourd’hui avec un nouvel ouvrage, plein de sens, de rencontres et d’émotions : Thé Vert, à la rencontre d’un art millénaire.

Il est rare que je lise d’une traite un ouvrage sur le thé. Il est encore plus rare que je le relise une nouvelle fois d’une traite. Il y a quelques semaines, je recevais ce beau présent de l’équipe Camellia Sinensis, cette même équipe que je compte parmi les premiers fans de Mademoiselle Thé! Je le découvrais au coin du feu, une tasse de thé à portée de lèvres. je m’attendais à retrouver un opus sur le pourquoi du comment du Thé et bien figurez-vous, qu’il n’en fut rien. Et à mon plus grand plaisir. L’approche personnelle de ce carnet de voyage rend accessible sans vulgariser des thés aussi peu connus de nos palais d’occidentaux que le Tai Ping Rou Kui ou que le Huang Shan Mao Feng.

Je me sentais comme écoutant un récit de voyage, assise là, à écouter quelqu’un me raconter ses aventures. Rien de gnangnan… rien de grandiloquant… des explications, des sentiments, un thé sacré du Sichuan en passant par la poterie Hagi. Le thé au féminin, une recette de mochi (pâtisserie japonaise)…

Bref, un autre regard. Rien qui ne ressemble au résultat d’une recherche sur internet ou à un énième livre sur les bienfaits du Thé Vert. Des brèves de comptoirs de thé, qui se boivent comme du petit lait, donnant juste envie d’en entendre plus, d’aller chercher plus d’explications… Ces croquis, ces photos, ces mots m’ont embarqués. J’ai hâte de vous rencontrer messieurs les Passeurs de Thé!

 

En attendant cette rencontre franco-québécoise, Hugo Americi s’est prêté au jeu des 3 questions :

Mademoiselle Thé : Pour revenir sur votre histoire et la naissance de Camellia Sinensis (et notamment pour celles et ceux qui ne vous connaissent pas encore ici de l’autre côté de l’Atlantique), quel a été le déclencheur de cette aventure?

Hugo Americi : L’aventure de la Maison de thé Camellia Sinensis a commencé en 1998. En compagnie d’un ami, j’avais entrepris un périple de quelques mois en Europe et la découverte du thé, ainsi que l’ambiance des salons de thé Dobra Cajovna à Prague, m’a beaucoup impressionné. Au retour de ce voyage, devant l’absence de lieux où déguster et échanger sur le thé à Montréal, j’ai alors entrepris d’ouvrir la Maison de thé Camellia Sinensis.

 

Mademoiselle Thé : Vous avez déjà œuvré à la rédaction d’un ouvrage autour du Thé en 2009″Thé, Histoire, Terroirs,Saveurs ». Ce livre s’est révélé être un Best-Seller en France voire une « Bible » pour les amoureux du Thé. Vous revenez fin 2012 avec un nouvel Opus! Qu’allez-vous nous raconter?

Hugo Americi : Notre premier livre est le résultat près de 10 ans de cueillette d’informations sur le terrain. Nous l’avons construit comme un livre de référence. Notre deuxième ouvrage se veut plus « intime », puisque nous voulions présenter sous forme de récits et de chroniques les gens derrière les thés mais aussi, les potiers qui œuvrent à offrir des objets qui multiplient les plaisirs du thé.

Le thème central est le thé vert, que nous présentons sous environ 30 aspects différents, en axant le tout principalement sur le Japon et la Chine. Nous présentons également quelques Chroniques sur l’univers du thé au Vietnam et dans le Kangras en Inde. L’influence du régime de Mao sur la famille de notre producteur de Huang Shan Mao Feng; le roji, un lieu de passage ou la poésie du Lushan Yun Wu, sont autant de facettes de cette incursion dans l’univers du thé vert.

Finalement, nous continuons aussi nos recherches sur les anti-oxydants et la caféine avec plus de 20 nouveaux résultats sur d’autres variétés de thés verts. Il est difficile de conclure sans souligner le travail photographique qui accompagne les textes, mais surtout j’en profite pour remercier Marie Bilodeau qui a joliment illustré plusieurs chroniques.

 

Mademoiselle Thé : Avez-vous un message à transmettre aux curieux, gourmands, amateurs de Thé?

Hugo Americi : Je profite de cet espace web, gentiment offert par Mademoiselle Thé, pour saluer les amateurs de thé en France. Nous apprécions fortement vos courriels et salutations divers, mais il nous manque de vous voir en chair et en os! Nous espérons un jour que vous passerez nous voir à Montréal ou à Québec. Faites-nous signe!

Je décolle pour ma part dans quelques heures pour le Japon. Je vous laisse en bonne compagnie sur le site de la Maison de Thé Camellia Sinensis : http://camellia-sinensis.com/fr/

Le lien pour vous procurer l’ouvrage Thé Vert : A la rencontre d’un Art Millénaire aux Editions de l’Homme est ici : http://camellia-sinensis.com/fr/teaware/books/the-vert-a-la-rencontre-d-un-art-millenaire

Bonne lecture et bons thés (verts) à tous!

Crédits photos : Mademoiselle Thé et Camellia Sinensis pour la photo d’Hugo Americi

Rendez-vous sur Hellocoton !
You can leave a response, or trackback from your own site.

2 Responses to “Thé Vert : A la rencontre d’un Art Millénaire”

  1. [...] on mademoiselle-the.fr Share this:TwitterFacebookLike this:Like [...]

  2. Meghan Chen dit :

    génération, présente deux nouveaux mélanges théinés et bergamotés à quelques passionnés et gourmands à l’occasion d’un moment précieux d’échanges, d’explications et de jeu à l’Hôtel La Belle Juliette, en plein cœur de Saint Germain des Près.

Leave a Reply