Thé d’Automne

Thé d'automne Une Mademoiselle Thé

Kuala Lumpur, Eté 2003. J’étais depuis quelques jours dans ce pays aux mille visages, aux mille paysages, quand je passais les portes de cette petite maison de thé atypique (impossible de vous dire si elle existe toujours, il n’y avait déjà pas d’enseigne à l’époque. Je me souviens seulement qu’elle se trouvait au 1er étage d’un magasin « de tout » à la sortie du marché de volailles!). Trempée jusqu’à l’os, les cheveux collant à mon visage (autant vous dire que chaque goutte de pluie là-bas équivaut peu ou proue à un bon seau d’eau jeté avec énergie), je reste penaude à l’entrée. Une vieille dame toute courbée me fait signe de m’asseoir par terre, devant une table basse épaisse marquée par des années de service. Elle me demande ce que je veux; mes yeux lui indiquent que mon niveau de malais ne va pas m’aider à passer commande. Je lui indique comme je peux (onomatopée liée au grelottement) que j’ai un peu froid. Elle revient quelques instants après avec un gaiwan brûlant (tasse chinoise à couvercle). Je soulève le couvercle de cette tasse de thé si typique pour y découvrir… des châtaignes! Des châtaignes dans mon thé…

Région Parisienne, Automne 2012. La saison s’y prête. Nous sommes allés en forêt avec mes enfants. De retour avec notre panier de châtaignes et l’envie de nous réchauffer, je leur préparais un tea-time en leur racontant cette aventure exotique. Ces petites châtaignes allaient plonger dans un bain… de thé et me replonger, par là même quelques années plus tôt au sud de la péninsule malaise!

Vous auriez vu ma tête devant ce gaiwan et de ces châtaignes : un poule devant un couteau. Et dire que mes voisins de table se sirotaient leur thé selon la méthode Gong Fu Cha. J’étais la seule occidentale dans ce repère d’amoureux du temps calme, de la lecture et du thé. Mon voisin a dû avoir pitié. Il s’est approché de moi, un anglais tout ce qu’il y avait de plus rassurant. Il allait me traduire les conseils avisés de la maîtresse de maison : « Mange tes châtaignes, elles te fortifieront et le thé te réchaufera. Ce oolong aux châtaignes est plus efficace que le plus efficace des médicaments. » Je comprends mieux pourquoi la vieille dame me répétait « medicine, medicine » avec un grand sourire! J’apprenais également par la voix de ce jeune malais, tout fier de faire le traducteur, que cette dame d’origine taiwanaise considérait le gaiwan comme un des plus beaux objets de thé qui soit : « la soucoupe représente la Terre, la tasse est tel un homme les bras ouverts et levés vers le ciel protecteur, le couvercle. »

Ce doux moment de poésie, je voulais le transmettre à mes enfants en préparant un oolong vert de Taïwan aux châtaignes.

Pour 4 Personnes
Préparation : 45 minutes
Cuisson : 40 minutes
 
Ingrédients :
  • 4 poignées de châtaignes
  • 1 cuillère à soupe de sel
  • 1 théière de oolong de Taiwan Dong Ding ou Jin Xuan (mieux connu sous le nom de Milky Oolong)
  • 1 cuillère à soupe de miel par personne (facultatif)

1°) Faites bouillir une casserole d’eau salée. Versez-y les châtaignes,  laissez cuire 35 à 40 minutes à feu moyen.

2°) Pelez les châtaignes et déposer 4 à 6 châtaignes selon la grosseur du fruit dans votre tasse ou gaiwan.

3°) Versez votre oolong.

4°) Ajouter une cuillerée de miel. Je trouve personnellement l’accord parfait entre les notes gourmandes et lactées voire beurrées de ce type de oolong, la texture de la châtaigne et l’onctuosité du miel.

5°) Régalez-vous!

Pourquoi ce type de thé me demanderez-vous?

Même si les théiers de l’ïle de Taiwan anciennement Formose viennent à l’origine de Chine (notamment de la montagne chinoise Wu Yi), les producteurs de thés locaux ont su développer leurs propres variétés de thé (les cultivars ou cépages).

Le célèbre Mont Dong Ding du District de Nantou donne son nom à l’un des thés les plus renommés de l’île. Ce oolong Dong Ding (ou Tung Ting) vert, car oxydé à 30% environ, est issu du cultivar Qing Xin (que vous pouvez également voir écrit Chin Shin comme me le rappelle ma professeur de Chinois et traductrice officielle de mes emballages de thé!) qui lui confère ces notes aussi voluptueuses et puissantes de fleurs blanches, de vanille, des notes rondes quasiment beurrées. Rien que de l’écrire, l’envie me gagne d’aller m’infuser ces feuilles roulées en perles d’un vert profond  à la liqueur dorée.

Pour celles et ceux qui recherchent des notes encore plus biscuitées à marier avec les châtaignes et le miel, le Jin Xuan (ou Shin Shuan) s’avérera un compagnon idéal de ce thé « santé et gourmandise ». Ce oolong est élaboré à partir d’un jeune cultivar trentenaire au surnom peu glamour : le TTES12 ou Tai Cha numéro 12 (TTES comme Taiwanese Tea Experiment Station). Je vous rapporte ceci car une de mes amies reste encore dubitative sur le fait que ce thé ne soit pas parfumé. Et bien non, cette variété taiwanaise locale a naturellement un parfum de lait d’où son surnom : « Milky Oolong« . Il me rappelle personnellement le Petit Lu…

Parce que le Thé est un prétexte… à voyager, à partager, à se faire du bien; ce billet aura, je l’espère, mis, au delà du thé, un peu de poésie, de gourmandise et de découverte dans votre tasse ou votre gaiwan!

Vous trouverez les ingrédients dans la forêt pour ce qui est des châtaignes, chez l’apiculteur le plus proche de chez vous pour le miel et dans les bonnes maisons de thé pour le oolong Dong Ding ou Milky Oolong.

Crédits photos : Mademoiselle Thé (sauf Carte Google Maps)

Rendez-vous sur Hellocoton !
You can leave a response, or trackback from your own site.

8 Responses to “Thé d’Automne”

  1. Heol dit :

    Bonjour
    Merci pour cette belle découverte, de saison, que je testerai. je suis sensible au souvenir qui y est lié et à la poésie du gaiwan.
    Cordialement

  2. drkrokodile dit :

    Voilà une manière de boire le thé qui m’intriguait. Un petit tour au palais des thés et me voilà rentrant avec 100g de Dong Ding. L’idée était lancée de tester cette recette.

    Un mélange surprenant mais des plus agréable par une journée venteuse comme celle ci.

    Merci pour l’anecdote et le partage de cette recette fort sympathique.

  3. Bergeou dit :

    Ah il faudrait que j’essaye avec celui de la box Envouthé.

  4. Caro Dels dit :

    Très bel article, merci ! Je suis tombée amoureuse du Oolong milky grâce à celui reçu dans la box Envouthé d’octobre… Par contre, là où j’habite, impossible d’acheter du thé autre que les sachets lipton ou compagnie, je suis obligée de passer par internet… Étant plus ou moins débutante, je suis d’ailleurs un peu perdue parfois !
    Je retiens l’idée des châtaignes !

  5. Emilie dit :

    Très bel article, je vais tester cette recette rapidement ! :)
    J’ai découvert le Milky Oolong avec la box Envouthé et je l’adore !

  6. louloute dit :

    desole de vout enbete c est juste pour vous signaler que j’ ai crée un blog de the qui sappelle ambertea il faut etre inscrit word press merci

  7. pharmanew dit :

    c’est magnifique, plein de posésie, merci

  8. Michele Keith dit :

    The original tea producing area in Dong Ding Mountain is small but the annual demand for Dong Ding Oolong Tea is so huge. Year by year, the producing area for Dong Ding oolong has been greatly expanded. In fact, oolong tea produced in Lugu town can be seen as Dong Ding Oolong today. The oolong produced in Dong Ding Mountain above 1000 meters sea level is very difficult to be found in the market and it is also much more expensive than that produced in other places.

Leave a Reply